Politiques culturelles en Europe centrale et orientale

Après les changements au début de la période de transition, les politiques culturelles dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) ont fait face à deux demandes contradictoires : la question identitaire et le besoin d’intégrer le monde, se battre pour la modernisation. (...)

HOAX

Dow Chemicals Corporation est une multinationale basée à Midland, Michigan (EU), elle possède de nombreuses filiales dans les domaines pharmaceutique, pétrochimique, du textile et du papier. Dow, à la suite de nombreuses fusions/acquisitions est devenue propriétaire de la société Union Carbide, aujourd’hui disparue mais dont le nom est resté célèbre pour l’accident survenu il y a plus de 20 ans dans la région de Bhopal, en Inde. (…)

Le Diplôme Européen en administration de projet culturel :

Un laboratoire pour la coopération culturelle

En 1989 le Conseil de l’Europe organisait à Barcelone, le séminaire de clôture de son programme, important et réussi, « Culture and Regions », centré sur les besoins de formation. Ce programme analysait l’évolution de différentes réalités européennes (zones périphériques, zones de vieille industrialisation, etc.) et l’impact que les différentes politiques et actions culturelles y avaient, en terme de développement territorial. Une des conclusions du rapport final était que seule une minorité de pays européens possédait des formations en administration de projets culturels pour former des opérateurs culturels régionaux.

Rôle des acteurs de l’éducation permanente dans la production de capital culturel

Si elle permet de veiller à une bonne gestion des activités, l’évaluation n’est pas toujours exempte d’enjeux lorsqu’il s’agit d’apprécier et de reconduire des programmes publics et projets culturels. Les critères utilisés ne sont pas toujours quantifiables au regard des matières dites « personnalisables » comme la culture ou l’éducation et de projets menés en partenariat. Une évaluation réduite de la sorte pourrait faire jusqu’à oublier de considérer l’apport de projets de ce type à la communauté et à son développement.(…)

2 ou 3 choses que je sais d’elle

Depuis plus de dix ans, un impressionnant arsenal de mesures visant la relance économique et la résorption du chômage s’est développé en Région bruxelloise : contrats de quartier, contrats de sécurité, quartiers d’initiative, contrats de noyaux commerciaux, fonds pour la politique des immigrés, sociaal impulse fond, insertion sociale et autres fonds structurels européens (Urban, Objectif 2...). (…) Si le résultat quantitatif peut paraître modeste, il est important de comprendre que ces pôles ont avant tout une fonction de laboratoires et de vitrines pour les quartiers. L’objectif principal consiste à redonner une image positive et attractive à des zones défavorisées. (…)

Les politiques culturelles participatives : nécessité ou outil à la mode ?

Nouveaux modèles de partenariats entre public, privé et société civile

L’objectif principal du papier est de montrer que seules les « politiques participatives » sont légitimes dans notre monde contemporain et que l’enrichissement mutuel complémentaire entre chercheurs et décideurs politiques provenant des trois secteurs sera bénéfique à la création de nouveaux standards plus démocratiques pour l’action politique. (…)

L’art peut-il changer quelque chose ?

Projets artistiques participatifs et capital culturel

Cet article présente la manière dont les initiatives artistiques/culturelles contribuent au développement d’une identité multiple dans certaines villes européennes, en gardant à l’esprit la subjectivité des artistes et la pluralité des cultures environnantes. Il tente d’établir dans quelle mesure la diversité culturelle est une source d’innovation, de créativité, d’esprit d’entreprise et comment elle peut devenir une force positive libérant une énergie et des ressources nouvelles pour le développement des villes. (…)

Portrait du travailleur en artiste

(…) Le monde des arts et de la culture ne concerne pas uniquement les artistes et les historiens de l’art, il intrigue aussi nombre de sociologues, philosophes et économistes contemporains. Pourquoi cet engouement ? (…)

L’interculturalité à l’heure de la mondialisation :

La dialectique du local et de l’international

Le présent article tend à démontrer qu’un engagement conscient et fort des associations culturelles pour une valorisation des compétences interculturelles pourrait renforcer leur position au sein d’une société multiculturelle et apporter des bénéfices tangibles aux institutions ou communautés qu’elles servent et à la société en général. (...)

Une plateforme eurégionale d’ingénierie culturelle comme outil de mise en oeuvre de coopération innovante dans les espaces transfrontaliers

Les opérateurs culturels sont de plus en plus en prise avec la gestion de projets complexes impliquant plusieurs partenaires transnationaux issus des secteurs privés et publics. La coopération transfrontalière à ce titre ouvre de nouvelles perspectives, mais demande une connaissance pointue des stratégies et des dispositifs établis par les autorités des collectivités territoriales et par l’Union européenne. (...)

Culture et école : regard sur 10 ans d’un mariage non consommé

(…) Depuis la fin des années 90, on observe en Communauté française de Belgique comme en Région bruxelloise un développement des pratiques qui associent la culture à l’école. Cette tendance, qui se retrouve également dans d’autres pays européens, est à mettre en lien avec l’évolution récente des modèles d’enseignements actuels. Mais, à l’heure du récent Contrat pour l’école d’Arena adopté en mai 2005 par le gouvernement de la CfWB, aucune politique transversale n’est pourtant mise en œuvre pour inscrire durablement ces pratiques et, plus largement, la culture, dans la pédagogie contemporaine. (…)

Quel avenir pour le "modèle" Festival en Europe ?

Depuis la fin de la guerre froide, les festivals se sont multipliés en Europe de façon spectaculaire. Personne ne peut dire aujourd’hui quel est leur nombre exact en Europe. 2000 ? 3000 ? Peut-être plus. Cette profusion a fait que le profil unique de nombreux festivals s’est estompé et I’orientation conceptuelle est devenue moins transparente. Définir la programmation à établir afin d’obtenir la reconnaissance artistique, le prestige à acquérir ou maintenir, le nombre de spectateurs à accueillir, la part du budget accordé par les sponsors, le nombre d’emplois à créer ainsi que le nombre de critiques, coupures de presse et de diffusion sur radio et télévision dont il doit être I’objet... tout cela répond à des attentes irréalistes et suscite un débat controversé et focalisé sur la quantité. (...)

Le monde de l’e-culture, produits culturels et TIC :

Entre domaine public et privatisation

L’irruption des technologies de l’information et de la communication (TIC) a débuté il y a une vingtaine d’années, mais son développement en réseau par le biais d’Internet lui a donné « un coup de turbo » considérable. Il s’agit de la création d’un nouveau contexte qui affecte le fonctionnement du secteur culturel et ouvre de larges possibilités de distribution et de consommation de bien culturels. (...)

La culture en Europe à la lumière de son futur engagement politique

La culture, on le sait, n’est pas une priorité des pouvoirs publics en général et de l’Union européenne en particulier, et il existe une tendance à la réduction des financements publics des arts. S’ils subsistent, c’est essentiellement pour des raisons de moins en moins liées à une conception portant la culture comme la valeur « absolue ». (…)

Repenser les interactions entre culture, art et ville :

Moyen de favoriser la mise en place d’une politique culturelle

Deux constats s’imposent lorsqu’il est question d’analyser les rapports entre ville(s) et culture(s) , d’une part la nécessaire adaptation des institutions culturelles aux réalités de la ville et d’autre part le manque de soutien structurel aux opérateurs ayant des pratiques urbaines innovantes et créatives. (…)

Le développement territorial : un espace d’action pour les opérateurs culturels de la Communauté Wallonie-Bruxelles

Certains opérateurs culturels ont saisi l’opportunité offerte par les financements européens principalement - via les programmes Interreg, mais aussi Leader+, Natura, Culture 2000-2007, Leonardo da Vinci - pour développer des partenariats avec les territoires jouxtant la Communauté française. Ces fonds ont souvent permis de structurer des contacts préalables et par la suite d’approfondir les liens pour déboucher sur des coopérations concrètes. (...)